Massage Thaï

ou le Nuad Bo’Rarn

Du thaïlandais “Nuad” signifiant “massage” et de “Bo’Rarn” signifiant “traditionnel”, le Nuad Bo’ Rarn est la méthode de massage traditionnelle thaï.

Le massage médical traditionnel de Thaïlande, est une des pratiques curatives les plus anciennes du monde. Ses origines viennent de l’Inde pendant la vie du Bouddha, il y a plus de 2500 ans. Il a été apporté en ce monde par un saint, “le Père Docteur Shivago Komarpahj”, un contemporain de Bouddha dont certains disent qu’il en était le médecin personnel ainsi que le médecin du Roi de l’Inde.

Pendant que le Bouddhisme s’étendait en Inde, cette médecine curative s’est propagée avec lui. Tôt dans son développement, elle a trouvé son chemin en Asie du Sud-Est où, pendant des siècles, elle a été exécutée par des monks en tant qu’élément de médecine thaïe indigène.

Les thaïs, comme beaucoup d’autres en Orient, ont vu la maladie comme un déséquilibre dans le corps/esprit et ils auraient cherché l’aide du temple local.

Traité avec les quatre éléments de la médecine thaïe traditionnelle:

consultation alimentaire (se concentrant sur le régime)

herbes (données intérieurement et extérieurement)

consultation spirituelle (principalement la méditation et les principes bouddhistes)

et massage thaï (qui a constitué l’épine dorsale du traitement physique)

Tandis que son évolution est obscurcie par le temps et le manque d’écrits, on peut voir qu’il est considérablement influencé par le yoga, la médecine Ayurvedique, et la médecine chinoise traditionnelle des mouvements (qui imitent souvent les asanas du yoga) et de l’importance des points de pression (semblables aux nadis en Ayurveda et aux méridiens en médecine chinoise).

La Thaïlande est située le long de la grande route commerciale entre l’Inde et la Chine. Son histoire et sa culture, et donc sa médecine, sont affectées par sa situation géographique. Tandis que le massage thaï semble avoir ses racines à la fois dans la médecine Chinoise et d’Ayurvedique, certaines recherches ont suggéré que la terminologie utilisée est plus étroitement apparentée à l’Ayurveda, indiquant probablement une alliance plus étroite avec l’Inde. Cependant, beaucoup de disciples pensent que l’Inde est la source de la médecine chinoise également, ainsi il est possible que les Thaïs ont simplement eu une plus grande connaissance de la langue indienne, en particulier puisque cette tradition a été transmise avec les enseignements bouddhistes sacrés, écrits souvent dans les langues indiennes de Pali ou Sanskrit.

Le massage thaï a évolué en raison des influences occidentales, évolutions importantes dans les années 50 et qui continuent à ce jour. Traditionnellement pratiqué dans des temples bouddhistes par des monks spécialisés dans cette “manipulation manuelle”, ce ” travail ” en Thaïlande aujourd’hui n’est plus limité à l’espace du temple. Quand la médecine occidentale est devenue en vogue, la médecine traditionnelle a subi un fléchissement. Elle a été un peu ignorée, puis est réapparue quelques années après alors que la médecine occidentale n’était plus considérée comme toujours supérieure. Il y avait assurément toujours un élément “folklorique”, étant donné que les massages étaient pratiqués par les membres des familles entre eux dans leurs villages, en particulier parce que les femmes n’étaient pas admises dans les temples et qu’elles ne pouvaient ainsi pas recevoir le massage thaï des monks. Aujourd’hui le massage thaï est pratiqué dans toute la Thaïlande, dans les écoles de massage, les vieux hôpitaux traditionnels, dans les hôtels pour les occidentaux, sur les plages, et apparemment autour de chaque coin de rue où il y a un thaï entreprenant! Certains de ces établissements ne sont pas légitimes, en particulier à Bangkok, et beaucoup de thérapeutes n’ont reçu que la formation minimale. Pourtant d’autres lieux offrent des traitements étonnants pratiqués par des maîtres de ce mélange de stretching (étirement), d’acupression, de méditation, et d’art curatif. Il reste beaucoup à apprendre des praticiens traditionnels en Thaïlande.

Une caractéristique importante de la tradition du massage thaï est le praticien lui-même et ce qu’on lui a enseigné. Traditionnellement le massage thaï a été passé oralement de génération en génération. On l’a initialement enseigné dans les temples bouddhistes. Tandis que quelques temples de Thaïlande enseignent toujours cet art, la plupart des formations de massage thaï sont faites dans des instituts privés. On enseigne aux praticiens à être sensibles au corps du client parce que le concept de massage thaï est en partie basé sur la capacité du praticien à accorder son corps avec celui du client en termes de mouvement et en termes d’énergie. Le massage thaï est censé être pratiqué avec une certaine vigueur, la pression et les mouvements d’étirement sont adaptés aux besoins et aux capacités physiques du client. Ainsi, toutes les caractéristiques du massage thaï traditionnel contribuent au concept de corps entier, incluant l’utilisation par le praticien de techniques spéciales instruites dans la tradition du massage thaï. Le but du massage thaï est de fournir la relaxation, l’équilibre aux divers centres du corps, la circulation saine du sang, et l’activation des lignes d’énergie du corps, les “Sen”, l’attitude du praticien et l’approche physique pour administrer le massage thaï étant essentiels.

Le massage thaï traditionnel maintient encore aujourd’hui les éléments de cette forte descendance spirituelle. Les praticiens commencent leur jour de travail avec une prière au Père Docteur, qui est lue dans la langue originelle de Pali, et se remémorent les quatre états d’esprit divins des enseignements bouddhistes: compassion, bonté, joie, et équilibre. Chacun doit commencer par la compassion – pour soit même et pour les autres – de cette compassion jaillit la bonté affectueuse – ou simplement le souhait pour le bien – et mène à un sentiment de joie qui permet de trouver l’équilibre ou la sérénité dans la vie. Le travail doit être fait dans un état d’esprit de méditation et de concentration. C’est le but du petit chant que le Masseur doit réciter au début et à la fin de chaque massage.

En pratique :

Le massage se pratique au sol, sur un futon, le partenaire porte des vêtements souples. Bien que le terme de massage soit employé, l’essence du massage thaï est très différente de ce que nous associons généralement à ce mot. Considérant que la plupart des pratiques traditionnelles occidentales et orientales en matière de massage se concentrent sur la manipulation des tissus et l’activité des muscles et des articulations, le massage thaï quant à lui les touche à peine. C’est un travail par pression sur les lignes d’énergie et des étirements qui s’apparentent aux Assanas du Yoga qui constitue le massage. Le massé ne fait rien, c’est bien le masseur qui fait prendre les différentes postures.

Les Bienfaits :

  • plus de souplesse :  l’équivalent d’une bonne séance de streching ;
  • moins de tensions nerveuses, moins de stress ;
  • moins de tensions musculaires ;
  • plus d’énergie ;
  • une meilleure circulation sanguine et lymphatique.

Formation Massage Thaï

Les commentaires sont clos.